Etude : CheckMate901 / CA209-901



ATTENTION : pour chaque essai clinique, les éléments affichés ci-dessous ne sont pas exhaustifs, et le protocole fourni par le promoteur reste l’unique document à consulter pour mener à bien un essai clinique sur centre. Pour plus d'informations, contactez le référent du territoire concerné.


Acronyme
Nom
Traitement
Type d'étude
MÀJ
Présentation de l'étude
Acronyme : CheckMate901

Nom : CA209-901

Traitement : Métastasique ou localement avancé

Type d'étude : Hors ciblage moléculaire

Dernière MÀJ : 02/07/2019
Titre
Spécialité(s)
CIM10 - Localisation(s)
Informations principales
Titre : Étude de phase 3 randomisée comparant l’efficacité du nivolumab associé à l’ipilimumab ou à une chimiothérapie de standard par rapport à la chimiothérapie de standard seule, chez des patients ayant un cancer urothélial métastatique ou non opérable et non traité

Spécialité : Voies urinaires
Localisation : C68 - Tumeur maligne des organes urinaires, autres et non précisés
Schéma
Phase
Stade
Ligne(s)
Informations complémentaires
Schéma : Les patients sont répartis selon leur éligibilité au traitement par cisplatine puis ils sont randomisés en 4 bras.
Les patients non éligibles au traitement par cisplatine sont randomisés dans les bras A et B uniquement, alors que les patients éligibles au traitement par cisplatine sont randomisés dans tous les bras :
- Bras A : les patients reçoivent du nivolumab associé à de l’ipilimumab IV à J1. Le traitement est répété toutes les 3 semaines jusqu’à 4 cures, en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités. Les patients reçoivent ensuite du nivolumab IV dans les 6 semaines suivant la dernière administration du traitement précédant ; ce traitement est répété toutes les 4 semaines en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités.
- Bras B : les patients sont répartis selon leur éligibilité au traitement par cisplatine en deux sous-bras:
1* Sous-bras B1 : les patients éligibles au traitement par cisplatine reçoivent de la gemcitabine IV à J1 et J8 associé à du cisplatine IV à J1. Le traitement est répété toutes les 3 semaines jusqu’à 6 cures en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités.
2* Sous-bras B2 : les patients non éligibles au traitement par cisplatine reçoivent de la gemcitabine IV à J1 et J8 associé à du carboplatine IV à J1. Le traitement est répété toutes les 3 semaines jusqu’à 6 cures en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités.
- Bras C : les patients reçoivent du nivolumab IV à J1, associé à de la gemcitabine IV à J1 et J8 et du cisplatine IV à J1. Le traitement est répété toutes les 3 semaines jusqu’à 6 cures, en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités. Les patients reçoivent ensuite du nivolumab IV dans les 3 semaines suivant le traitement précédant ; ce traitement est répété toutes les 4 semaines en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités.
- Bras D : les patients reçoivent de la gemcitabine IV à J1 et J8, associé à du cisplatine IV à J1. Le traitement est répété toutes les 3 semaines jusqu’à 6 cures en l’absence de progression de la maladie ou la survenue de toxicités.

Les patients sont suivis pour une évaluation radiologique et un bilan des signes vitaux à 30 et 90 jours après la fin du traitement de l’étude puis tous les 3 mois jusqu’à 42 mois après le début de l’étude.

Objectif principal :
Comparer la survie globale et la survie sans progression du Nivolumab associé à l’Ipilimumab versus la chimiothérapie de référence chez des patients non éligibles au cisplatine atteints d’un cancer urothélial non opérable ou métastatique, et préalablement non traités. Le critère primaire sera un critère composite combinant la survie globale et la survie sans progression (critères RECIST 1.1 évalués par un comité indépendant de revue des données)

Objectifs secondaires :
- Comparer la survie globale et la survie sans progression du Nivolumab associé à l’Ipilimumab versus la chimiothérapie de référence chez tous les patients randomisés atteints d’un cancer urothélial non opérable ou métastatique, préalablement non traités. (La survie globale et la survie sans progression évalués par un comité indépendant de revue des données).
- Evaluer, à partir de la baseline, les changements de qualité de vie liés à l’état de santé général du nivolumab associé à l’ipilimumab versus la chimiothérapie de référence de tous les patients randomisés atteints d’un cancer urothélial non opérable ou métastatique, préalablement non traités. (EORTC QLQ-30 Global Health status score).
- Evaluer si l’expression du PD-L1 est un marqueur prédictif de l’efficacité (survie globale et survie sans progression) du nivolumab associé à l’ipilimumab comme première ligne de traitement des patients atteints d’un cancer urothélial non opérable ou métastatique, préalablement non traités.

Phase : III

Stade : Localement avancé à Métastatique

1
Critères d'inclusion
Critères de non-inclusion
Critères d'inclusion et de non-inclusion
Critères d'inclusion : - Fonction hématologique : appropriée selon les critères CTCAE v4.
- Fonction rénale : débit de filtration glomérulaire > 30 mL/min et 60 mL/min (pour les patients éligibles à une chimiothérapie à base cisplatine) (selon la formule de Cockcroft-Gault).
- Fonction hépatique : appropriée selon les critères CTCAE v4.
- Contraception efficace pour les patients en âge de procréer pendant la durée de l’étude.
- Test de grossesse urinaire ou sérique négatif dans les 24H précédant le début du traitement de l’étude puis toutes les 4 semaines.
- Patient affilié ou bénéficiaire d’un régime de sécurité sociale.
- Consentement éclairé signé.
- Age ≥ 18 ans.
- Cancer urothélial à cellules transitionnelles confirmé histologiquement ou cytologiquement incluant le bassinet du rein, l’uretère, la vessie ou l’urètre, métastatique ou chirurgicalement non opérable et mesurable par scanner ou IRM selon les critères RECIST 1.1. Les cancers dont la variante histologique est mineure
- Indice de performance ≤ 1 (OMS).
- Disponibilité d’une Biopsie récente de la tumeur provenant du site initial de la maladie ou d’un site métastatique disponible afin d’évaluer le pourcentage de cellules tumorales exprimant PD-L1 membranaire. Un tissu archivé (ou au moins 15 lames, fixé au formol et inclus dans la paraffine) collecté dans les 2 ans précédant la période d’inclusion du patient et provenant de la plus récente résection chirurgicale (ex : cystectomie radicale) peut être accepté chez les patients non traités par des agents anticancéreux systémiques ou de la radiothérapie depuis le prélèvement de l’échantillon.

Critères de non-inclusion : - Femme enceinte ou en cours d’allaitement.
- Pour les patients non éligibles à la chimiothérapie à base de cisplatine : Fonction auditive ; perte auditive de grade (...)
- Métastases cérébrales ou leptoméningées actives. Les patients traités pour des métastases cérébrales et dont la maladie n’a pas progressé à l’IRM dans les 4 semaines après la fin du traitement et dans les 28 jours précédant le début du traitement de l’étude sont autorisés. Les lésions cérébrales ne sont pas considérées comme lésions mesurables pour la maladie.
- Antécédents de diverticulite aiguë, d’abcès intra-abdominal, d’obstruction gastrointestinale et de carcinose abdominale ou tout autre facteur de risque de perforation intestinale.
- Maladie pulmonaire interstitielle symptomatique ou pouvant interférer avec la détection ou la prise en charge d’une toxicité pulmonaire liée au traitement.
- Infection active ou en cours, angine de poitrine instable
- Insuffisance surrénalienne non contrôlée.
- Maladie auto-immune active, connue ou suspectée (les patients ayant un vitiligo, un diabète de type 1, une hypothyroïdie résiduelle d’origine auto-immune nécessitant seulement un traitement hormonal, un psoriasis ne nécessitant pas de traitement systémique ou toute autre affection non susceptible de récidiver en l’absence de facteur déclencheur externe sont autorisé).
- Autre cancer actif dans les 3 dernières année (les patients ayant un cancer local traité, tels qu’un cancer cutané basocellulaire ou spinocellulaire, un cancer de la prostate dont le taux de PFA est indétectable ou cancer in situ de la prostate, du col de l’utérus, du sein.
- Insuffisance Cardiaque congestive de classe 3 ou 4 (NYHA).
- Thérapie locale à visée curative.
- Chimiothérapie systémique antérieure contre le cancer urothélial métastatique ou chirurgicalement non opérable.
- Thérapie intravésicale antérieure dans les 4 semaines précédant le début du traitement à l’étude > 1 instillation.
- Chimiothérapie de platine antérieure néoadjuvante ou adjuvante suivant une cystectomie radicale avec récidive dans les 12 mois suivant la fin de la chimiothérapie.
- Tout traitement antinéoplasique (ex : chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie, radiothérapie extensive non-palliative, résection chirurgicale non palliative ou produit expérimental ou traitement de référence pour le traitement du cancer urothélial métastatique ou non opérable).
- Traitement antérieur avec un anticorps anti-PD-1, anti-PD-L1, anti-PD-L2, anti-CD137 ou anti-CTLA-4 ou tout autre anticorps ou produit visant spécifiquement les voies de costimulation ou les points de contrôle des lymphocytes T.
- Traitement par des produits expérimentaux dans les 4 semaines précédant le début du traitement de l’étude.
- Traitement systémique des corticostéroïdes à une dose ≥ 10 mg/jour de prednisone ou tout autre traitement immunosuppresseur dans les 14 jours précédant le début du traitement de l’étude. Les stéroïdes inhalés ou topiques et les corticoïdes de substitution surrénalienne à une dose ≥ 10mg/j de prednisone sont autorisés en l’absence de maladie auto-immune active.
- Vaccin contre la fièvre jaune dans les 28 jours précédant le début du traitement de l’étude et pendant l’étude.
- Irradiation antérieure suivant une cystectomie radicale avec récidive dans les 12 mois suivant la fin de la radiothérapie.
- Intervention chirurgicale nécessitant une anesthésie générale ou traumatisme important dans les 14 jours précédant le début du traitement de l’étude.
- Intervention chirurgicale durant le traitement ou dans les 28 jours précédant le début du traitement.
- Toxicités non revenues à un grade
- Hypersensibilité ou allergie connue à l’un des composants du traitement de l’étude.
- Toute maladie grave ou incontrôlée pouvant empêcher le patient de participer à l’étude, de se conformer aux contraintes du protocole ou interférer avec l’interprétation des résultats de l’étude.
- Toute condition sociales, maladie psychiatrique pouvant compromettre la réalisation des visites et du suivi du patient, l’administration du traitement, les analyses de laboratoire, les biopsies tumorales ou empêcher le patient de se conformer aux contraintes du protocole.
- Participation à une autre étude en cours.
- Patient privé de liberté, sous tutelle ou curatelle.
- Sérologie VIH, VHB ou VHC positive.
NCT
Promoteur
Coordonnateur
Informations relatives au promoteur
NCT :
NCT03036098
Promoteur :
BRISTOL MYERS SQUIBB
Type de sponsor : Industriel
BRISTOL MYERS SQUIBB - BRISTOL MYERS SQUIBB
00000 HORS FRANCE

Coordonnateur :
Centre investigateur
Investigateur
TEC / ARC / IDE
État
MÀJ
Informations relatives aux investigateurs
Centre investigateur :
Centre Oscar Lambret - 3 Rue Frédéric Combemale - 59000 LILLE

Investigateur :
Docteur Aurélien CARNOT

TEC / ARC / IDE :
Unité Intégrée de Recherche Clinique
investigation@
o-lambret.fr
03.20.29.59.35

Ouverture de l'essai : SUSPENDU

MAJ : 02/07/2019